CÉCILE, INGÉNIEURE PRODUIT CHEZ NABAIJI

Cécile
ingénieur produit
chez decathlon | nabaiji

Rencontrez Cécile, ingénieur produit chez DECATHLON | NABAIJI.
Découvrez les différents enjeux de son métier dans la conception d'un produit.

Rencontrez Cécile, ingénieur produit chez DECATHLON | NABAIJI.
Découvrez les différents enjeux de son métier dans la conception d'un produit.

En quelques mots, en quoi consiste ton poste ?

Je conçois des produits, principalement des maillots de bain mais également quelques produits de protection solaire. Mon objectif est de respecter le triptyque : coût, qualité, délais, auquel vient s'ajouter l’impact environnemental.

Il y a plusieurs phases dans la conception des produits :
- La retranscription de ce que va m’exprimer le ou la Chef·fe de Produit, c’est-à-dire, son brief produit, qui ressort d’un besoin utilisateur. Par exemple, son brief peut être “j’ai besoin d’habiller les enfants de 6 mois à 2 ans, j’ai besoin d’un produit qui sèche vite et qui soit pratique à enfiler et à enlever”. Mon objectif va alors être de retranscrire tous ces besoins en caractéristiques techniques. Je vais ensuite passer à la phase de recherches.
- En parallèle, je collabore avec le ou la Chef·fe de Produit, les Modélistes et les Designers qui travaillent sur les dessins du produit.
- La faisabilité technique est ensuite évaluée par une phase de prototypage puis de tests. C’est tous ensemble que nous nous mettons d’accord sur les solutions que l’on va choisir pour notre produit.
- Vient ensuite une autre phase de tests : les tests à grande échelle. Le but est d’industrialiser ces tests pour ensuite constituer un cahier des charges. Si, en production, ils sont capables de recréer ce que l’on a fait mais à grande échelle, alors cela signifie que le cahier des charges est bon et peut être validé. C’est très important d’avoir un produit industrialisable car ce cahier des charges, une fois validé, va être repris par d’autres pays pour être dupliqué.
- On peut ensuite passer à la partie design du produit ! On développe les couleurs, les graphismes, la forme. Lorsque l’on passe à cette phase, qui est la phase dite “esthétique”, les composants du produit sont déjà déterminés et ne changeront pas.

L’enjeu est d’arriver à faire tout cela en respectant toutes les réglementations. Notre objectif reste que le produit final soit mis à disposition pour le plus grand nombre d’utilisateurs, partout dans le monde. Chaque pays ayant sa propre réglementation, nous devons donc faire en sorte que notre produit respecte le plus de contraintes possibles.

Si tu étais absente de ton travail, quelles seraient les conséquences ?

Il n’y aurait pas de produit !
Le produit ne serait pas validé. D’un point de vue industriel, le produit serait compliqué à dupliquer. Il n’y aura pas d’étude poussée sur chaque paramètre du produit. Les coûts ne seraient pas maîtrisés, la qualité non plus, etc…

Si l’on prend la phase de développement produit dans sa globalité, à quel moment interviens-tu ?

Partout ! C’est ça que j’aime dans le métier d’Ingénieur·e Produit : nous sommes présents du début à la fin. Je suis donc là au tout début, lors du brief, et c’est également moi qui donne le “GO” pour lancer la production à la fin du cycle de développement.

J’ai fait subir au produit les pires tests possibles et imaginables pour le valider (notamment avec Joey qui est Ingénieur Essai Terrain) ! C’est de ma responsabilité de fixer les exigences qualité du produit.

Quels sont tes indicateurs de performance ?

Je suis principalement animée sur :
- Les avis clients.
- L’impact CO2 croisé avec le chiffre d’affaires de nos produits (comme par exemple le nombre de produits éco conçus sur le périmètre).
- Le taux de retour produit, donc de non-satisfaction client par rapport au produit.

Avec quelles équipes interagis-tu au quotidien dans ton métier ?

J’échange tous les jours avec les personnes chargées de la production. Je travaille également quotidiennement avec mon groupe projet, c'est-à-dire l’équipe constituée de Chef·fes de Produits, de Designers, de Modélistes, de Responsable Approvisionnement.

Quelles sont selon toi les 3 qualités à avoir pour occuper ce poste ?

Indéniablement : de l’organisation (beaucoup d’organisation) ! Dans ce métier, il faut gérer des plannings, établir le cahier des charges… On a toujours plusieurs tâches à gérer de front et plein de choses à avoir en tête.

Également, il est important d’avoir un bon esprit d’équipe, car on ne travaille pas tout seul. Il faut donc aimer les gens !

La maîtrise de l’anglais est primordiale. Moi, par exemple, je parle davantage anglais que français au cours de ma journée.

Enfin, il faut avoir une bonne capacité d’adaptation. Dans ce métier, il y a beaucoup d’imprévus et l’Ingénieur·e Produit est souvent celui qui doit trouver des solutions ! Il faut donc savoir prendre un peu de recul sur certaines situations mais également savoir en prendre avec les personnes avec lesquelles on travaille. L’adaptabilité doit être globale.

"Organisation.
Esprit d'équipe.
Capacité d'adaptation."

Qu’est-ce que tu aimes dans ton métier et qu’est-ce qui t’a fait arriver jusqu’ici ?

La chose que j’aime le plus est d’échanger avec les gens et de concevoir des produits ensemble. Je n’aimerai pas le faire toute seule.

À la base, je suis ingénieure textile. Je voulais donc faire un métier en lien avec le textile. Par ailleurs, je faisais de la natation, alors je me suis dit : pourquoi ne pas faire les 2 ! Lorsque j’ai vu qu’il y avait une opportunité ici, j’ai rencontré les bonnes personnes et j’ai su provoquer ma chance. Pour l’anecdote, j’ai toujours dit “Un jour, si je rate ma vie, en étant ingénieure textile, eh bien au pire, je ferai des maillots de bain.”. Aujourd’hui, c’est mon travail !

Quel est ton plus beau souvenir chez nabaiji ?

Les plus beaux souvenirs, c’est tout ce que l’on peut partager ensemble. On est tous bienveillants les uns envers les autres, on travaille dur toute l’année et lors des réunions d’équipe annuelles, c’est le moment de mettre en lumière tout ce que l’on a fait. On est fiers, tout le monde s’écoute, se félicite et c’est là que l’on se dit “Je sais pourquoi je suis là.”. On arrive à tous se donner de la reconnaissance.

Les voyages en production font également partie des meilleurs souvenirs, parce que l’on se déplace sur le lieu de production, accompagnés des “Production Leaders” avec qui l’on échange quotidiennement toute l’année. C’est le moment de les rencontrer et de voir concrètement ce qu’il se passe en production.

Le mot de la fin ?

Nabaiji c’est une petite famille qui se soutient quoi qu'il arrive.

Retrouvez plus de métier

DAMIEN, CHEF DE PROJET ET LEADER CIRCULARITÉ CHEZ NABAIJI

DAMIEN, CHEF DE PROJET ET LEADER CIRCULARITÉ CHEZ NABAIJI

Découvrez l'interview de Damien, chef de projet et leader circularité chez Nabaiji.
AUDRIC, DIRECTEUR TECHNIQUE CHEZ NABAIJI

AUDRIC, DIRECTEUR TECHNIQUE CHEZ NABAIJI

Découvrez l'interview d'Audric, directeur technique chez Nabaiji.
JOEY, INGÉNIEUR ESSAI TERRAIN CHEZ NABAIJI

JOEY, INGÉNIEUR ESSAI TERRAIN CHEZ NABAIJI

Découvrez l'interview de Joey, ingénieur essai terrain chez Nabaiji.
JUSTINE, MODÉLISTE CHEZ NABAIJI

JUSTINE, MODÉLISTE CHEZ NABAIJI

Découvrez l'interview de Justine, modéliste chez Nabaiji.
CORALIE, DESIGNER TEXTILE

CORALIE, DESIGNER TEXTILE CHEZ NABAIJI

Découvrez l'interview de Coralie, designer technique chez Nabaiji.
YANN ET GIULIANA, LEADERS UTILISATEURS CHEZ NABAIJI

YANN ET GIULIANA, LEADERS UTILISATEURS CHEZ NABAIJI

Découvrez l'interview de Yann et Giuliana, tout deux leaders utilisateurs (dits chefs de produit) chez Nabaiji.
DAMIEN, LEADER DE L'ÉQUIPE DESIGN CHEZ NABAIJI

DAMIEN, LEADER DE L'ÉQUIPE DESIGN CHEZ NABAIJI

Découvrez l'interview de Damien, leader de l'équipe design chez Nabaiji.