Comment réaliser une godille ?

C’est ce mouvement que nous allons décrypter ensemble aujourd’hui : qu’est-ce que c’est, et surtout, comment on fait ?

Godille Virginie Dedieu

Si vous avez lu notre article “Voilier, ballet-leg, flamenco, double-leg”, vous vous demandez peut-être comment les nageurs•es réussissent à exécuter ce genre de figure tout en gardant leur corps à la surface de l’eau. Cela tient à plusieurs choses : un bon gainage, beaucoup d’étirement et surtout : une godille efficace ! C’est ce mouvement que nous allons décrypter ensemble aujourd’hui : qu’est-ce que c’est, et surtout, comment on fait ? Pour que la godille n’ai plus de secrets pour vous, continuez à lire !

La godille : une des bases
de la natation artistique 

C’est l’un des premiers éléments qui vont être enseignés aux jeunes nageurs•es. 

En fonction de la position des poignets, on peut se déplacer par la tête - le poignet est cassé vers l’extérieur - ou par les pieds - le poignet est cassé vers l’intérieur - , mais aussi rester immobile - le poignet est bien à plat ; dans ce cas, les appuis sont réellement dédiés à maintenir le corps à la surface. 
Mais ce n’est pas tout ! La position du corps en godille joue aussi énormément ; il faut être gainé et étiré depuis la tête jusqu’aux pointes de pieds, et essayer de pousser ses hanches vers le plafond. 

Virginie Dedieu

Le saviez-vous ? Pendant les épreuves des figures imposées, l’un des critères de réussite des figures est que les nageurs•es restent bien au même endroit en face des juges quand elles effectuent leur godille, et ce durant toute la figure. Une bande lestée est placée dans l’eau, le long du bord du bassin, comme un repère visuel. 
D’où l’importance de rester bien haut•e, mais sur place ! 

lES ASTUCES DE VIRGINIE DEDIEU



Triple championne du monde et ambassadrice Decathlon Natation Artistique, Virginie Dedieu nous donne ses astuces pour une godille efficace : 

“il va être important de serrer ses doigts et d’être solide dans ses mains. Le secret, c’est l’étirement. Plus on essaye de regarder derrière et d’amener la ligne d’eau au niveau de ses sourcils, plus le corps va s’équilibrer, s’alléger, et donc rester à la surface.” 

L’une de mes coachs disait : “étire toi comme si un fil te tirait ta tête d’un côté et les pieds de l’autre” ; eh bien, c’est l’idée !  Plus on s’étire et plus on regarde vers l’arrière, plus la godille sera efficace. Être gainé permet aussi de diminuer le poids sur les bras : un corps tendu est plus facile à porter ! 

Il existe plusieurs exercices pour travailler le mouvement de la godille. On peut mettre ses pieds dans la rigole ou sur le rebord du bassin ; ainsi, les nageurs•es se concentrent sur leurs appuis, leur étirement et leur équilibre sans avoir à gérer le poids des jambes qui peut être déstabilisant au début.  

Pour travailler la godille en déplacement, on peut utiliser un pull-boy, qu’on place entre les jambes au niveau des tibias : ça va aider le•la nageurs•e à flotter et donc à pouvoir se concentrer sur ses bras !






Vous connaissez désormais toutes les astuces pour une belle godille. Maintenant… à vous de jouer ! 

Camille Adam

CAMILLE ADAM

J'ai découvert la synchro à l'âge de 9 ans. C'est ma maman qui m'a inscrite : j'aimais faire des spectacles, j'étais hyper à l'aise dans l'eau, et fascinée par tout ce qui avait des paillettes... et ça a très vite été une évidence que la natation synchro et moi, ça allait durer longtemps ! J'adore le type d'effort que cette discipline demande : 
le gainage, l'apnée, pouvoir évoluer dans tous les sens et toutes les dimensions, bouger, sourire... et aussi évidemment l'aspect collectif : c'est fou la force qu'une équipe dégage ! L'entraide, le soutien, la persévérance,
le perfectionnisme, la gestion du stress : la synchro a été ma meilleure école de la vie, que ce soit en tant que nageuse ou que coach.