Comment faire du coupe-coupe en natation synchronisée ?

Cet article concerne une des techniques de base de la synchro : 
le coupe-coupe.

Coupe coupe Lalie Chassaigne

Les nageurs•es pourront vous le dire : quand on annonce qu’on fait de la natation synchronisée, plusieurs réflexions reviennent très souvent, comme par exemple “Vous touchez le fond pour les portés, non ?”, “vous mettez quoi dans vos cheveux ?” ou encore “comment vous faites pour sortir vos jambes comme ça ?
Eh bien c’est à cette question que nous allons répondre !

Coupe coupe Lalie Chassaigne

Le coupe-coupe c'est quoi ?

Le coupe-coupe est le mouvement qui permet aux nageurs•es de sortir leurs jambes de l’eau et de se déplacer durant les figures “la tête en bas” : les verticales, les écarts... C’est un mouvement fondamental de la synchro. 

C’est un mouvement des bras, qui sont pliés à 90°, les avant-bras perpendiculaires au corps, parallèles à la surface et les mains bien à plat. Ce sont uniquement les avant-bras qui bougent : les bras doivent rester proches des côtes, pendant que les avant-bras s’écartent sur les côtés, légèrement vers le haut, puis se rapprochent face au buste. 

Virginie Dedieu, triple championne du monde, nous donne ses astuces pour un coupe-coupe réussi :

Il est très important d’avoir les doigts très serrés, les mains hyper solides et toutes les deux assez proches du corps, donner un accent à l’extérieur, et le plus rapidement possible.

Plus le mouvement est rapide et ample, plus il sera efficace.



Les appuis peuvent se déplacer en fonction des figures : sur un carpé, cette figure où le corps des nageurs•es est à angle droit avec l’arrière des jambes à la surface, il faudra placer ses mains un plus plus éloignées du buste, plus au niveau du milieu des cuisses. Le poids du corps à porter avec le coupe-coupe est différent selon les positions, il faut donc adapter ses appuis en fonction. 

C’est aussi à partir du mouvement de coupe-coupe que les nageurs•es déclenchent les spires et les vrilles : comprendre les figures de jambes qui tournent ! Les spires, ce sont des demi-tours plus ou moins rapides en verticale, à la même hauteur ; à l’inverse des vrilles, qui elles, montent et descendent. 

Le mouvement de coupe-coupe pour les vrilles est légèrement différent : une main reste au niveau des côtes, et l’autre passe au-dessus de la tête. Toute une technique ! 

On peut commencer par travailler le coupe-coupe hors de l’eau pour bien ressentir le mouvement. Une fois qu’il est bien compris et acquis, à l’eau ! 

DEs EXERCICES POUR PROGRESSER 

Pour s’assurer qu’on est efficace, Virginie Dedieu nous donne deux bons exercices : 

- On peut faire du coupe-coupe les pieds collés au mur ou au fond du bassin en essayant de rester en contact avec les parois. 

- Il est aussi possible de se mettre sur le ventre et de faire son coupe-coupe en déplacement, les pieds en premier, sur toute la longueur du bassin. 

Coupe coupe Virginie Dedieu

ON Y VA éTAPE PAR éTAPE !

L’idée de base du coupe-coupe est de sortir les jambes de l’eau, ne l’oublions pas ! Pour éviter de se perturber dès le départ avec la gravité et le poids du corps hors de l’eau, 
on peut augmenter graduellement la difficulté :

LES EXERCICES à SEC DE 
VIRGINIE DEDIEU ET LALIE CHASSAIGNE 

L’exercice du matin de Virginie Dedieu à l’entraînement : en grand écart facial, faire des battements rapides (ouvrir et fermer son écart rapidement). Cela oblige à accélérer son coupe-coupe, donc à forcer sur ses appuis, et ainsi à gagner en hauteur. Bonus : ça réveille ! 

Pour s’améliorer, on peut travailler le coupe-coupe à sec, avec un élastique, pour muscler ses bras ! Plusieurs exercices sont possibles : comme notre ambassadrice Lalie Chassaigne, vous pouvez glisser l’élastique sous vos pieds, faire des nœuds aux extrémités pour mieux le tenir dans chacune de vos mains, et faire votre mouvement de coupe-coupe. Vous pouvez aussi accrocher l’élastique à une rambarde, le passer derrière votre dos, bref… il existe beaucoup d’exercices disponibles pour faire chauffer vos muscles! 

Lalie Chassaigne coupe coupe


Voilà, vous avez maintenant tous les secrets pour avoir le coupe-coupe le plus efficace possible ! 
On attend les photos de vos verticales sur Instagram : n’hésitez pas à nous taguer @natationartistique

Camille Adam

camille adam

J'ai découvert la synchro à l'âge de 9 ans. C'est ma maman qui m'a inscrite : j'aimais faire des spectacles, j'étais hyper à l'aise dans l'eau, et fascinée par tout ce qui avait des paillettes... et ça a très vite été une évidence que la natation synchro et moi, ça allait durer longtemps ! J'adore le type d'effort que cette discipline demande : le gainage, l'apnée, pouvoir évoluer dans tous les sens et toutes les dimensions, bouger, sourire... et aussi évidemment l'aspect collectif : c'est fou la force qu'une équipe dégage ! L'entraide, le soutien, la persévérance, le perfectionnisme, la gestion du stress : la synchro a été ma meilleure école de la vie, que ce soit en tant que nageuse ou que coach.