FR
FR

COMMENT BIEN NAGER LA BRASSE ?

A PRIORI, TOUT LE MONDE SAIT NAGER LA BRASSE. MAIS, CONNAISSEZ-VOUS BIEN CETTE NAGE ? JE VOUS DIS TOUT SUR LA TECHNIQUE ET SUR LES ERREURS À ÉVITER POUR NAGER PARFAITEMENT LA BRASSE.

Comment bien nager la brasse ?

À la piscine, la brasse, c’est la nage qu’on observe le plus. Surtout dans les lignes réservées aux nageurs lents. Ou aux débutants. D’abord, parce qu’elle est moins rapide que le crawl. C’est indéniable. Mais, aussi, parce que les nageurs plus expérimentés la boudent. À tort, la brasse n’a pas toujours bonne réputation.

 

Et pourtant, elle est bien plus technique qu’il n’y paraît. En quelques points, je vous explique pourquoi, et comment, bien nager la brasse.

POURQUOI NAGER LA BRASSE ?

 

Avant de tout vous dire sur la brasse, je vous re-donne 3 bonnes raisons de la pratiquer.

 

- Varier les plaisirs :

En natation, il existe 4 styles de nage. Ce serait vraiment dommage de s’en priver. Le crawl, c’est cool, ce n’est pas moi qui vais vous dire le contraire. Mais, au bout de 60 longueurs, je comprends que vous commenciez à vous lasser. L'idéal, c’est d'opter pour un entraînement qui alterne différents types de nage. Avec des accessoires, plaquettes ou pullbuoy, entre autres, c’est encore mieux.  

 

- Solliciter différents muscles :

En crawl, et en papillon, on travaille surtout le haut du corps. Les bras, et les avant-bras, servent à se propulser. Les muscles du bas sont bien moins sollicités. En brasse, on se propulse principalement avec les jambes. On tonifie donc davantage le bas du corps : fessiers, cuisses et mollets. Un bon point pour la brasse !

 

- Challenger sa pratique :

En règle générale, la pratique de la natation est sans danger. Et la brasse ne fait pas exception. C’est, généralement, la première nage que l’on apprend. Et, elle est, principalement, pratiquée par les débutants. Vous savez, ceux qui nous font parfois un peu râler. Souvent, on pense, à tort, qu’elle est facile et ne présente aucun intérêt. En réalité, la brasse est la plus technique de toutes les nages. La maîtriser parfaitement est donc un bon challenge pour tous les nageurs !

Pourquoi nager la brasse ?

BIEN NAGER LA BRASSE : LES BASES

3 règles de base pour cette nage, plus technique qu’il n’y paraît.

- Règle n°1 : bien se positionner

Pour une brasse efficace, on se concentre d’abord sur l’alignement du corps et sur sa position. On se place au plus près de la surface de l’eau pour avoir un bon équilibre. Cela permet également d’avoir moins de poids à déplacer lorsque le corps est en mouvement.

Pour vous repérer : sur le ventre, les fesses sont au ras de la surface. La tête est sous l’eau. Les bras tendus vers l’avant, les jambes vers l’arrière. C’est la position de glissée.

En mouvement, on adopte une position hydrodynamique, notamment au moment de la coulée. Elle permet de mieux glisser dans l’eau. La tête est dans l’alignement du corps, qui est gainé.

- Règle n°2 : maîtriser les mouvements des bras et des jambes

Une fois en position de glissée, bras tendus vers l’avant, paumes jointes, on commence avec un mouvement de bras. Il se décompose en 4 étapes : appui, traction, compression, glissée.

On se positionne, c’est l’appui. Ou position de glissée.

La deuxième étape, la traction, consiste à ramener les bras vers l’arrière. Les doigts sont presque joints, les paumes des mains tournées vers l’extérieur et les pouces orientés vers le fond du bassin. Quand on ramène les bras vers l’arrière, les coudes ne doivent pas dépasser les épaules. La tête sort naturellement de l’eau.

Pour la troisième étape du mouvement, la compression, ou poussée, on ramène les mains vers la poitrine. Et on les tend vers l’avant, paumes jointes, pour revenir à la position d’appui. La tête entre sous l’eau au moment de la poussée.

Enfin, une fois les bras revenus dans la position d’appuis, on se laisse glisser dans l’eau.

Pour la brasse, il faut surtout retenir que c’est le mouvement des jambes, ou ciseau de brasse, qui importe le plus. Bien réalisé, il permet une bonne propulsion. À savoir : c’est l’un des plus techniques et des plus difficiles en natation. Contrairement aux idées reçues.

Pour le maîtriser, on retient qu’il s’effectue en 3 temps : plier, écarter, serrer.

Dans un premier temps, on plie les jambes, en ramenant les talons sur les fesses.

Ensuite, on écarte, pieds orientés vers l’extérieur, jambes toujours fléchies.

Enfin, on se propulse, en resserrant les jambes pour les tendre vers l’arrière. Les jambes reprennent la position de départ. Vous devez sentir une petite ondulation naturelle au niveau du bassin. Attention, les mouvements de jambes doivent toujours être bien symétriques.

Pour être efficaces, les poussées des bras et des jambes doivent être bien coordonnées. Retenez qu’on plie les jambes une fois la traction avec les bras terminée.

- Règle n°3 : apprendre à bien respirer

Pour respirer correctement, on se cale sur le mouvement de bras. Au moment de la traction, la tête est hors de l’eau. On en profite pour inspirer un maximum d’air. Et expirer lentement au moment de la poussée avec les jambes. On reprend de l’air lors de la traction suivante.

3 erreurs à éviter en brasse

3 ERREURS À ÉVITER EN BRASSE

 

S’améliorer, c’est aussi corriger ses mauvaises habitudes. Voici 3 erreurs à éviter pour une brasse performante.

 

- Nager la tête hors de l’eau :

La brasse, la vraie, se nage tête sous l’eau. Au moins pendant la coulée et la glissée. On vous laisse, quand même, reprendre votre souffle.

 

Nager, la tête toujours hors de l’eau, est à proscrire pour plusieurs bonnes raisons. D’abord, pour respecter l’alignement de la tête et du corps. Au moment de la coulée, la tête doit légèrement être rentrée. Sans exagérer. On ne colle pas son menton contre sa poitrine. Cette position hydrodynamique permet de bien glisser sous l’eau et d’être plus rapide.

 

Nager la tête relevée, c’est aussi un excellent moyen de provoquer des douleurs aux cervicales et aux lombaires. Alors, on évite !

 

- Négliger les bras :

Je vous l’ai dit, en brasse, c’est la propulsion avec les jambes qui importe le plus. C’est toujours vrai. Mais, ce n’est pas une bonne excuse pour négliger les bras. Pour être bien réalisés, et pour cadencer la nage, les mouvements de bras doivent être effectués de façon rythmée, dynamique et uniforme. Après la traction, et au moment de la poussée, les bras ne restent pas collés à la poitrine et repartent rapidement vers l’avant pour ne pas freiner la nage.

 

- Ne pas coordonner ses mouvements :

En brasse, la coordination des mouvements n’est pas si évidente. Même pour les nageurs plus expérimentés. Une erreur technique commune est d’amorcer la propulsion avec les jambes, avant même d’avoir terminé celle avec les bras. Pour améliorer la propulsion, les mouvements des membres supérieurs et inférieurs doivent être effectués distinctement. On pousse d’abord avec les bras, avant de pousser avec les jambes.

 

Le chiffre à retenir : 5. C’est environ le nombre de mouvements, bras et jambes, d’un très bon nageur pour terminer une longueur de 25 mètres en brasse.

QUELQUES ÉDUCATIFS POUR AMÉLIORER SA BRASSE

 

Pour parfaire, un peu plus, sa technique, on se concentre sur quelques éducatifs. Avec ou sans matériel.

 

On commence par un exercice, utile pour améliorer son ciseau de brasse. L’idée, c’est de travailler l’orientation des pieds. Rappel : en brasse, les pieds doivent toujours être tournés vers l’extérieur au moment de la propulsion.

 

Pour réaliser cet éducatif, on se positionne sur le dos, tête en hyperextension, pieds à la surface de l’eau. C’est plus pratique pour voir le mouvement. Et le corriger plus facilement. Une fois positionné, on replie les jambes pour approcher les talons des fesses, en gardant les pointes de pieds vers l’extérieur. D’abord, on réalise ce mouvement lentement. Et une fois l’orientation des pieds acquises, on accélère. Le mouvement se fait en deux temps : on positionne la pointe des pieds, on fléchit les jambes.

 

Quand on est à l’aise, on bascule sur le ventre pour réaliser l’exercice, sur une petite distance de nage. Les talons doivent être à la surface de l’eau. On peut s’aider d’une frite, placée sous la ceinture abdominale.

 

Un autre bon conseil pour mieux nager la brasse, c’est de faire quelques éducatifs avec du matériel : planche, plaquettes, pullbuoy, etc. Ils sont très pratiques pour des exercices ciblés.

 

Avec une planche, pour parfaire le mouvement des jambes. Sur le ventre, bras tendus et main posées sur la planche. On fait quelques longueurs, sans utiliser les bras, pour se concentrer uniquement sur le ciseau de brasse. Ainsi, on travaille la propulsion avec les jambes, et la symétrie du mouvement.

 

Avec des plaquettes et un pullbuoy, pour travailler les mouvements de bras. Plaquettes aux mains, pullbuoy coincé entre les jambes, on nage uniquement avec les bras. Les paumes des mains toujours positionnées vers l’extérieur pour pousser au maximum. On peut aussi faire cet exercice sans plaquettes, évidemment.

 

L’idéal, c’est d’effectuer ces éducatifs en binôme. À tour de rôle, on observe l’autre pour l’aider à corriger ses mouvements. Je vous l’avais dit, la natation n’est pas qu’un sport de solitaire. ;-)

J’espère vous avoir convaincu des vertus de la brasse. Et vous avoir donné envie de perfectionner votre technique. Allez, à l’eau ! Il est temps de réhabiliter sa brasse !

CES CONSEILS PEUVENT VOUS INTÉRESSER :